Monitoring grossesse pour le suivi du foetus

Grossesse et accouchement : point sur l’intervention de la sage-femme

Le rôle de la sage-femme semble souvent se confondre avec celle d’un gynécologue obstétricien. Bien que les 2 présentent effectivement plusieurs points communs, le champ d’intervention d’une sage-femme est beaucoup plus vaste. La sage femme  utilise le monitoring grossesse pour de voir l’évolution du foetus pendant les dernières semaines de la grosse. Voici ci-dessous un aperçu de ce que ce professionnel de santé peut faire pour la femme enceinte.

Diagnostique et suivi de grossesse

Diagnostiquer que la femme soit enceinte et assurer le suivi de la grossesse sont parmi les principaux rôles d’une sage-femme. Durant les 7 consultations avec la future maman, la sage-femme va l’examiner, surveiller l’état de santé du bébé et prescrire des médicaments pour assurer une grossesse dans des conditions optimales. Une sage-femme libérale à Brignais peut également assurer la surveillance d’une grossesse pathologique sur prescription d’un gynécologue-obstétricien. Il est recommandé vivement aussi à une femme enceinte de suivre des cours de préparation à la naissance avec ce professionnel de la santé. Il s’agit dans ce cas de participer à des séances de gymnastiques prénatales afin de prévoir tout risque de complications. A noter aussi que ces activités sportives destinées aux femmes qui vont accoucher procurent aussi une sensation de bien-être car source de relaxation.

Conseils en allaitement avec une sage-femme

Ce sera dans l’hôpital, ou à la maison pour une femme ayant accouché à domicile, que se fera la mise au sein du bébé. La sage-femme sera là pour guider la maman durant ces instants afin de faciliter les premières têtées. Au 3ème jour après l’accouchement, la mère va produire ce qu’on appelle colostrum qui est un liquide nourrissant, ayant la même odeur que le liquide amniotique. Avec cet avant-goût du lait, il est conseillé à la maman de mettre le bébé au sein jusqu’à 12 fois par 24 heures. Il arrive qu’une contraction soit ressentie par la mère durant la têtée et ce qui peut parfois provoquer des angoisses. Parlez-en à votre sage-femme car elle saura vous éclaircir et vous proposer des meilleures manières pour têter le bébé.

Attention au syndrome du 3ème jour

C’est le phénomène de baby blues et il touche environ 5 femmes sur 10. Des études ont permis de réaliser que ce syndrôme est dû au bouleversement hormonal que subi la femme dans les 2 à 4 jours suivant l’accouchement. Bien que cet état de dépression puisse se passer tout seul, sans traitement médical, le fait de parler à une sage-femme peut grandement aider la jeune maman. Les entourages de cette dernière peuvent également trouver conseils auprès de ce professionnel de la santé pour aider la femme à mieux surmonter cette épreuve difficile.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *